Boîte à outils

IMG_6387.. copie

Ce qui a nourri notre réflexion pendant toute la durée de la création


PISTES DE LECTURE


Anatole

La petite casserole d’AnatoleIsabelle Carrier (Bilboquet-Valbert) 
A partir de 3 ans
Anatole traîne toujours derrière lui sa petite casserole. Elle lui est tombée dessus un jour… On ne sait pas très bien pourquoi. Depuis, elle se coince partout et l’empêche d’avancer. Un jour, il en a assez. II décide de se cacher. Mais heureusement, les choses ne sont pas si simples…

Cet album jeunesse est le point de départ du projet d’Estelle Savasta. Attention,
Le Préambule des étourdis en est une très libre adaptation…

Du même auteur : La petite mauvaise humeur – Isabelle Carrier (Bilboquet)

Le Masque

Le Masque – Stéphane Servant et Ilya Green (Didier Jeunesse)
A partir de 5 ans
Petit Frère a trouvé un masque tout blanc qui lui permet de se transformer en l’animal de son choix. Il amuse beaucoup ses camarades mais ne sait pas s’arrêter à temps. Il vole des baisers, soulève les jupes des filles, cherche à commander et se fait peu à peu rejeter…  
L’histoire des métamorphoses d’un petit garçon qui se cherche entre séduction et colère.

PontiLes chaussures neuves ; Les montres molles ; Bizarre…bizarre – Claude Ponti (L’école des loisirs)
A partir de 7 ans
Monsieur Monsieur tombe amoureux de Mademoiselle Moiselle sous une branche de Charmilla. 
Moremilla, prend toutes sortes de formes face aux montres molles, mais redevient lui-même en pensant à sa chérie. Et il s’achète des chaussures neuves pour lui plaire… La belle vie !

Amis-amiesAmis-amies – Tomi Ungerer (L’école des loisirs)
A partir de 6 ans
Quelle joie pour un apprenti bricoleur comme Rafi d’emménager dans une nouvelle maison! D’autant que, pour son anniversaire, il reçoit de quoi jouer au menuisier. «Puisque je n’ai pas encore d’amis, je vais m’en fabriquer!» se dit-il. Les animaux et les pantins géants de son cru attirent bientôt Ki Sing, la voisine d’à côté. Ki Sing sait coudre! Ensemble, ils se mettent à créer des amis encore plus beaux. Ils découvrent leurs cultures respectives, s’enthousiasment, et finissent par monter une véritable exposition d’amis… Où s’arrêteront-ils?

Marcellin CaillouMarcellin Caillou – Sempé (Denoël Editeur)
A partir de 8 ans
Le petit Marcellin Caillou aurait pu être un enfant très heureux comme beaucoup d’autres enfants. Malheureusement, il était affligé d’une maladie bizarre : il rougissait. Il rougissait pour un oui, pour un non. Heureusement, me direz-vous, Marcellin n’était pas le seul à rougir, tous les enfants rougissent. Ils rougissent quand ils sont intimidés ou qu’ils ont fait une bêtise. Mais, ce qui est troublant dans le cas de Marcellin, c’est qu’il rougissait sans aucune raison.

MongolMongol – Karin Serres (L’école des loisirs)
A partir de 9 ans
Mon-gol ! Mon-gol ! L’insulte est reprise en chœur dans la cour de récré. Ludovic a l’habitude, mais cette fois-ci le mot l’intrigue. Mongol ? Qu’est-ce que ça veut dire ? Pour la première fois de sa vie, il consulte un dictionnaire. « Mongol, e adj : de la Mongolie. » Soit, Ludovic sera donc un véritable Mongol de Mongolie qui se nourrit exclusivement de viande et de fromage, pillant le bac à fromages du réfrigérateur et enfournant de pleines brassées de saucisses, qui connaît sur le bout des doigts l’histoire de Gengis Khan et la date de la fête du Naadam, qui se rase le crâne, qui traite ses ennemis de « Cerveau cru de ton père » ou encore d’« Outre à excréments » ! Bien sûr, la transformation de Ludovic ne passe pas inaperçue – lui que tous considèrent comme l’idiot de service ! Bizarrement, personne ne semble se réjouir de sa métamorphose ni des progrès accomplis. Sa maîtresse le punit, ses parents s’inquiètent et ses camarades de classe le regardent d’un drôle d’air…

SimpleSimple – Marie-Aude Murail (L’école des loisirs)
A partir de 12 ans
Simple dit « oh, oh, vilain mot » quand Kléber, son frère, jure et peste. Il dit « j’aime personne, ici » quand il n’aime personne, ici. Il sait compter à toute vitesse : 7, 9, 12, B, mille, cent. Il joue avec des Playmobil, et les beaud’hommes cachés dans les téphélones, les réveils et les feux rouges. Il a trois ans et vingt-deux ans. Vingt-deux d’âge civil. Trois d’âge mental. Kléber, lui, est en terminale, il est très très courageux et très très fatigué de s’occuper de Simple. Simple a un autre ami que son frère. C’est Monsieur Pinpin, un lapin en peluche. Monsieur Pinpin est son allié, à la vie, à la mort. Il va tuer Malicroix, l’institution pour débiles où le père de Simple a voulu l’enfermer, où Simple a failli mourir de chagrin. Monsieur Pinpin, dans ces cas-là, il pète la gueule. Rien n’est simple, non, dans la vie de Simple et Kléber. Mais le jour où Kléber a l’idée d’habiter en colocation avec des étudiants, trois garçons et une fille, pour sauver Simple de Malicroix, alors là, tout devient compliqué.

Le bizarre incidentLe bizarre incident du chien pendant la nuit – Mark Haddon (Pocket)
A partir de 13 ans
Qui a tué Wellington, le grand caniche noir de Mme Shears, la voisine? Christopher Boone, « quinze ans, trois mois et deux jours », décide de mener l’enquête. Christopher aime les listes, les plans, la vérité. Il comprend les mathématiques et la théorie de la relativité. Mais Christopher ne s’est jamais aventuré plus loin que le bout de la rue. Il ne supporte pas qu’on le touche, et trouve les autres êtres humains… déconcertants. Quand son père lui demande d’arrêter ses investigations, Christopher refuse d’obéir. Au risque de bouleverser le délicat équilibre de l’univers qu’il s’est construit…

Quand j'avais 5ansQuand j’avais cinq ans je m’ai tuéHoward Buten (Edition du Seuil)
Collège/Lycée
Gil n’a que huit ans. Mais son petit cœur a déjà connu de bien grands sentiments. Trop grands. Trop forts… A cause de ce qu’il a fait à Jessica, le voici dans une résidence spécialisée. Seul, face à la bêtise des adultes qui transforment ses rêves en symptômes cliniques, et son amour en attentat. Qui pourra l’en délivrer ? Une émotion pure, dans une langue merveilleusement préservée.

Le désarroisLes désarrois de l’élève Törless – Robert Musil (Edition du Seuil)
Lycée
Ce roman, qui est d’abord une admirable analyse de l’adolescence, relate l’éveil d’une conscience à travers les désarrois intellectuels, moraux et charnels de Törless, élève dans un collège très huppé de la vieille Autriche à la fin du siècle dernier. La cruauté et la brutalité qui les suscitent, et dont les  » amitiés particulières  » ne sont que l’exutoire, prophétisent les aberrations de l’ère nazie.

AssoiffésAssoiffés – Wajdi Mouawad (Actes Sud-Papiers)
Boon, un anthropologue judiciaire, témoigne d’une découverte étrange qui a fait basculer ses convictions et sa vie. A travers l’histoire de Murdoch, adolescent incapable d’arrêter de parler, et celle de Norvège, personnage affligé d’une transparente vulnérabilité, Boon replonge dans sa propre adolescence d’où ressurgit le fantôme d’un rêve abandonné.

La vie devant soiLa vie devant soi – Romain Gary (Mercure de France)
Histoire d’amour d’un petit garçon arabe pour une très vieille femme juive : Momo se débat contre les six étages que Madame Rosa ne veut plus monter et contre la vie parce que «ça ne pardonne pas» et parce qu’il n’est «pas nécessaire d’avoir des raisons pour avoir peur». Le petit garçon l’aidera à se cacher dans son «trou juif», elle n’ira pas mourir à l’hôpital et pourra ainsi bénéficier du droit sacré «des peuples à disposer d’eux-mêmes» qui n’est pas respecté par l’Ordre des médecins. Il lui tiendra compagnie jusqu’à ce qu’elle meure et même au-delà de la mort.

La solitudeLa solitude des nombres premiers – Paolo Giordano (Seuil)
Les nombres premiers ne sont divisibles que par 1 et par eux-mêmes ; soupçonneux et solitaires, certains possèdent cependant un jumeau dont ils ne sont séparés que par un nombre pair. Mattia, jeune surdoué, passionné de mathématiques, en est persuadé : il compte parmi ces nombres, et Alice, dont il fait la connaissance au lycée, ne peut être que sa jumelle. Même passé douloureux, même solitude à la fois voulue et subie, même difficulté à réduire la distance qui les isole des autres.

DemeuréesLes demeurées – Jeanne Benameur (Gallimard)
Les demeurées, ce sont une idiote du village et sa fille, fruit d’un contact éphémère avec un ivrogne de passage. Entre ces deux êtres d’infortune, nulle parole. Leur amour est silencieux, bâti sur leur seule présence l’une à l’autre. Leur vie recluse, solitaire, doit cependant prendre fin lorsque la petite Luce prend le chemin de l’école. Là, le monde l’attend et mademoiselle Solange, l’institutrice, est décidée à rompre l’ignorance, à faire jaillir les mots. La Varienne et sa fille vivent cette intrusion de l’extérieur comme une menace. Ensemble, elles renforceront ce lien primal, instinctif qui les unit: un amour quasi mystique, indéfectible, originel.

Je suis né un jour bleuJe suis né un jour bleu – Daniel Tammet (Les Arènes)
« Je suis né le 31 janvier 1979. Un mercredi. Je le sais parce que dans mon esprit, le 31 janvier 1979 est bleu. » Daniel Tammet est un autiste savant aux capacités hors du commun, un génie des nombres. Il a ainsi mémorisé les 22 514premières décimales de pi, parle sept langues et a appris l’islandais en quatre jours. Pour lui, les nombres sont des formes et des couleurs. Dans ce témoignage plein d’espoir, il explique comment il a mis toute son énergie pour sortir de ces ténèbres qui l’ont longtemps coupé du monde et comment il a réussi à se socialiser. Un voyage en couleur qui entrouvre la prison de l’autisme.

AnnetteAnnette, tombée de la main des dieux – Fabienne Swiatly (Color Gang Edition)
« Qu’est-ce que tu crois ? Je dois aussi vaincre la peur. Je ne suis pas si fort que ça. Il ne suffit pas d’avoir des jambes pour avance. Il ne suffit pas d’avoir des yeux pour voir. La vie n’est pas si simple. Allez, debout ! Ne te dérobe pas. Les autres sont là pour toi aussi. Ils te regarderont dans les yeux et ils verront qui tu es. On va leur imposer ton visage. On va exiger que tu vives parmi eux. On aura cette force. Debout, ton histoire sera une grande histoire. (…) »

Du vent dans mes molletsDu vent dans mes mollets – Raphaële Moussafir (J’ai Lu)
Rachel a neuf ans, une institutrice humiliante, des parents vaches et une copine garce. A neuf ans, on est puni quand on donne son avis, on découvre des nouvelles sensations étranges, on expérimente son langage et son corps. Cette grande petite fille dissèque son monde avec un regard drôle et acerbe dont la maturité étonne, amuse et choque. De fous rires en conflits, elle explore l’impitoyable monde de l’enfance. Un monde qui mène, parfois trop vite, vers celui des adultes…

C'est plus fort que moiC’est plus fort que moi dans ma tête c’est un enfant – Frédéric Magnin (a.p.e.i. Les
Papillons Blancs Ouest 44)
Livre-CD recueillant la parole de parents de personnes en situation de handicap mental. Ce ouvrage est issu des « Cafés papillon » d’une association où les aidants (parents, frères et sœurs) ont la parole.

Tous les numéros du journal Le Papotin (« création des jeunes de l’hôpital de jour d’Antony)
http://www.lepapotin.org/


FILMS / DOCUMENTAIRES


Récréations – Claire Simon (documentaire, 1992)recreations
Il existe une sorte de pays, très petit, si petit qu’il ressemble un peu à une scène de théâtre. Il est habité deux ou trois fois par jour par son peuple. Les habitants sont petits de taille. S’ils vivent selon des lois, en tout cas, ils n’arrêtent pas de les remettre en cause, et de se battre violemment à ce propos. Ce pays s’appelle « La Cour » et son peuple « Les Enfants ». Lorsque « Les Enfants » vont dans « La Cour » ils découvrent, éprouvent la  » force des sentiments ou la servitude humaine », on appelle cela, la récréation.

Mary et Max – Adam Elliot (animation, comédie, drame, 2009)Mary and Max
Sur plus de vingt ans et d’un continent à l’autre, Mary et Max raconte l’histoire d’une relation épistolaire entre deux personnes très différentes : Mary Dinkle, une fillette de 8 ans joufflue et solitaire, vivant dans la banlieue de Melbourne, en Australie, et Max Horowitz, un juif obèse de 44 ans, atteint du syndrome d’Asperger et habitant dans la jungle urbaine de New York.

La Guerre des boutons – Yves Robert (comédie, 1962)La guerre des boutons
Deux villages, Longeverne et Velrans, sont en guerre. C’est la guerre que mènent chaque année les écoliers des deux communes. Quand la troupe de Longeverne commandée par le grand Lebrac fait un prisonnier, on soustrait à ce dernier tous ses boutons. Cette méthode remporte un franc succès, à tel point que les troupes, pour éviter cette extrême humiliation, se mettent à combattre nues.

La vague Dennis Gansel (drame, 2009)La Vague
En Allemagne, aujourd’hui. Dans le cadre d’un atelier, un professeur de lycée propose à ses élèves une expérience visant à leur expliquer le fonctionnement d’un régime totalitaire. Commence alors un jeu de rôle grandeur nature, dont les conséquences vont s’avérer tragiques.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s